• Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Auteur :

    jiljadidbejaia

  • mai 2014
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Commentaires récents

    • Visiteurs

      Il y a 1 visiteur en ligne
    • Accueil
    • > Non classé
    • > Nos côtes se meurent et les pouvoirs publics continuent de garder le silence

    Nos côtes se meurent et les pouvoirs publics continuent de garder le silence

    Posté par jiljadidbejaia le 16 mai 2014

    En rentrant de Sétif, aujourd’hui vendredi 16 mai 2014, j’ai ressenti deux douleurs que je voudrai partager avec vous. La première est que depuis la ville de Sétif jusqu’à la limite territoriale de la wilaya, la route était une voie rapide, c’est à dire deux voies pour chaque sens. Arrivé juste à la limite de notre wilaya, la route nationale redevient ce qu’elle a toujours été, c’est à dire une voie unique et dans un état piteux. Beaucoup de citoyens ainsi que des correspondants de presse ont, à maintes reprises, dénoncé la somnolence des responsables de la direction des travaux publics ainsi que le premier responsable de l’exécutif, le wali, qui est censé impulser le développement et secouer les directions de wilaya qui trainent la patte.

    La deuxième douleur est causée par le paysage repoussant que l’on observe le long de la célèbre côte-est qui est « matérialisée » sur toute sa longueur par de nombreuses décharges sauvages. Les citoyens, les associations de défense de l’environnement, des journalistes et bien d’autres personnes ont dénoncé ce laxisme des pouvoirs publics.
    Cette côte qui est de réputation méditerranéenne se présente aujourd’hui comme une gigantesque décharge publique et certains responsables osent, toute honte bue, parler de tourisme balnéaire et vont même jusqu’à organiser des séminaires, colloques et sessions de l’assemblée populaire de wilaya sur le tourisme.

    En arrivant sur Aokas, j’ai pris deux clichés aujourd’hui que j’insèrerai au bas de l’article. A première vue, on croirait facilement qu’il s’agit d’un incendie alors que ce n’est qu’une parcelle de la décharge qui est brûlée alors que beaucoup de jeunes et de nombreuses familles ont commencé à affluer sur nos côtes pour « admirer » non pas la beauté de nos plages mais leur mise à mort silencieuse accompagnée symphoniquement par le silence coupable des élus locaux et des pouvoirs publics.

    Image_pollution_01   Image_pollution_02

     

    Debout La République 21 |
    Justforenglish |
    La Voix des Justes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journallemilitant
    | Piouzelzok2013
    | Goranafarroa