• Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Auteur :

    jiljadidbejaia

  • juin 2015
    D L Ma Me J V S
    « avr   juil »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Commentaires récents

    • Visiteurs

      Il y a 1 visiteur en ligne

    L’Algérie forme des spécialistes pour l’étranger

    Posté par jiljadidbejaia le 2 juin 2015

    Belaïz  »Les problèmes de santé de Tayeb Belaïz, 67 ans, l’ont finalement contraint à quitter son poste de ministre de l’Intérieur le 14 mai. En guise de lot de consolation, il hérite du poste honorifique de ministre d’État, conseiller à la présidence de la République.

    Ancien magistrat réputé très proche du président Bouteflika, Belaïz a subi au mois de janvier un pontage coronarien à la clinique Alleray-Labrouste, dans le 15e arrondissement de Paris.

    Opéré avec succès par un cardiologue algérien, il a quitté cet établissement après deux jours d’hospitalisation. Tous les frais (soins, transport, hôtel) ont été réglés par la représentation diplomatique algérienne en France, puis remboursés par la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) d’Alger ».

    Ce texte est du journal électronique de la revue politique « Jeune Afrique » en date du 18 mai 2015.
    Je l’ai repris en publication pour montrer au public algérien le mépris de nos dirigeants à l’égard de notre peuple. Malgré les sommes faramineuses affectées au secteur de la santé pour équiper nos établissements de santé, pour former des médecins et des spécialistes, des infirmiers, etc… nos dirigeants n’ont jamais cessé de se soigner à l’étranger et plus particulièrement en France. Ces soins sont payés en devises fortes par le trésor public algérien avec l’argent du contribuable pendant que des milliers d’Algériens souffrent au quotidien par manque de soins et d’autres décèdent sans avoir obtenu un rendez-vous pour une séance de chimiothérapie.

    Nous sommes certains que si le trésor public additionne toutes les factures payées pour soins à l’étranger de nos dirigeants, le volume des dépenses permettra d’ériger une dizaine de centres hospitaliers de l’envergure et de la réputation de celui de Val de Grâce. De plus, cela aurait encouragé nos médecins-spécialistes et d’autres compétences à rester en Algérie au lieu de s’éxiler et d’offrir leur compétence à d’autres pays.

     

    Debout La République 21 |
    Justforenglish |
    La Voix des Justes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journallemilitant
    | Piouzelzok2013
    | Goranafarroa