• Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Auteur :

    jiljadidbejaia

  • juin 2016
    D L Ma Me J V S
    « avr   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Commentaires récents

    • Visiteurs

      Il y a 1 visiteur en ligne

    Les personnes handicapées demeurent les oubliées des pouvoirs publics

    Posté par jiljadidbejaia le 20 juin 2016

    Pension handicapésIl est dans la nature de ce système qui nous dirige de placer les intérêts des membres des clans qui le constituent avant ceux du peuple. Et, lorsqu’il arrive qu’une décision serve les intérêts légitimes des citoyens, les tenants du pouvoir s’arrangent toujours, par de multiples parades, de nous convaincre que c’est grâce à « leur générosité » et à « l’intérêt accordé au peuple » que cette charité nous est parvenue.

    Les «berrahines» et les affidés identifiés ou cachés du pouvoir sont toujours assez nombreux et disponibles pour nous faire parvenir l’information relative à la paternité de cette obole comme si les richesses du sous-sol leur appartenaient, qu’ils sont les « authentiques propriétaires » de ce pays et que les citoyens sont réduits au statut de simples locataires vivant de la charité de nos dirigeants.

    Cette situation a toujours prévalu dans notre pays, et les citoyens, victimes de ce diktat, en sont parfaitement conscients mais malheureusement mis sous oppression pour étouffer toute manifestation sociale.

    Je n’ai nullement l’intention de m’étaler davantage sur le constat de la situation car tout le monde la connait. Les raisons qui m’ont poussé à écrire cet article, c’est beaucoup plus pour m’indigner du mépris affiché par ce gouvernement à l’égard d’une frange de la société que représentent les handicapés physiques et mentaux au niveau national. Et pourtant, l’initiateur de la charte universelle des droits de la personne handicapée n’est autre que l’Algérien, le Professeur Mahfoud Boucebci, lâchement assassiné par un minable tôlier. Cette charte a été adoptée par l’Organisation des Nations-Unies et que notre pays a signée et ratifiée.

    Qu’en est-il sur le terrain ?

    Avant de répondre très succinctement à cette question qui exigera de nombreuses réponses, je tiens à préciser que je ne suis pas handicapé et que je n’ai aucun membre de ma famille handicapé. Mais, je reste convaincu que nul n’est à l’abri d’un handicap et nul n’a droit à l’indifférence de la situation alarmante des personnes handicapées qui vivent autour de nous.

    Mauvaise prise en charge des personnes handicapées

    La prise en charge est très insuffisante pour ne pas dire inexistante alors que les besoins manifestés par cette frange de la société sont énormes (chaises roulantes, prothèses, suivis médicaux, la rééducation orthophonique ou fonctionnelle, etc…). L’ironie du sort veut que le plus grand de ces personnes handicapées sont issues de familles à faibles revenus ou carrément de familles démunies.

    Mépris des services publics

    Les textes réglementaires de l’urbanisme recommandent l’aménagement de voies d’accès aux personnes à mobilité réduite pour leur permettre d’accéder aux différents services publics. Mais, malheureusement, sur le terrain c’est le mépris total de la part de ces bureaux d’études, des responsables de l’exécutif et même des élus locaux et nationaux. Si l’on ne peut pas trop critiquer les concepteurs des anciens édifices publics, il n’en est pas de même des nouvelles structures publiques dont les architectes sont formés et informés de cette nécessité qui est aujourd’hui universelle.

    Quelques rares administrations ont conçu une rampe d’accès à cette catégorie de personnes, mais qui s’arrête au niveau du premier palier qui n’est autre que le rez-de-chaussée alors qu’il y a des services qui se trouvent au quatrième ou cinquième étage sans ascenseur (cas du service des impôts de Bgayet). Cette façon d’agir s’apparente à du mépris caractérisé comme si la personne handicapée n’a pas droit de gérer une activité commerciale, de faire des démarches auprès d’une administration, de demander audience à un magistrat, etc…

    handicap_01   handicap_02

    Une pension qui s’apparente à une gifle

    Malgré l’aisance financière de l’Algérie des années passées, malgré les cris de détresse lancés par les personnes handicapées, malgré les alertes lancées par les nombreuses associations humanitaires sur les conditions de vie précaire de cette frange fragile de la société, les pouvoirs publics continuent de faire la sourde oreille.

    Le gouvernement préfère tripler les indemnités des députés et des sénateurs qui ne produisent rien et qui n’osent même pas s’indigner sur le sort de ces personnes malades et à mobilité réduites à qui on demande de survivre avec 4000,00 DA/mois, soit l’équivalent de 25 Euros par mois avec lesquelles il doit se nourrir, s’habiller, s’entretenir, etc…

    Le pire de l’histoire est que souvent cette minable pension arrive un énorme retard sans possibilité de recours. Toutes ces brimades entament la dignité des handicapés auxquelles il faut rajouter l’absence totale du service statistique au niveau de toutes les communes du pays. Cette situation favorise les détournements des dons en nature destinés à ces personnes malades et démunies.

    handicap_03

    Jil Jadid suggère.

    Il est urgent, aujourd’hui, que toutes les communes du pays mettent en place un service des statistiques qui leur permettra d’actualiser la liste des personnes handicapées physiques ou mentales afin d’élaborer un programme de suivi et de soutien de cette catégorie sociale.

    De même qu’il est nécessaire de dissoudre ce ministère de la solidarité, dont l’appellation est réductrice, pour mettre en place un Secrétariat d’Etat aux personnes handicapées et aux familles démunies.

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

    Pourquoi Jil Jadid a quitté la CLTD ?

    Posté par jiljadidbejaia le 9 juin 2016

    Beaucoup de sympathisants de notre parti Jil Jadid n’ont pas cessé de me poser la question portant sur le retrait de notre formation politique de la coordination alors que nous étions les précurseurs de la construction d’un pôle d’opposition.

    J’ai donc opté pour la republication de l’interview accordée par le président du parti, Soufiane Djilali, au journaliste du quotidien Le Soir d’Algérie.

    Ci-joint le lien de l’interview.

    http://news.jiljadid.info/fr/actualites/soufiane-djilali-pour-le-soir-dalg%C3%A9rie-%C2%ABle-pays-est-bloqu%C3%A9%C2%BB.html

    —————————

    Le pays est bloqué

    Dans cet entretien, Soufiane Djillali s’explique sur les raisons qui l’ont poussé à quitter la CNLTD et analyse la situation de crise qui prévaut dans le pays.

    Le Soir d’Algérie : De manière inattendue, vous vous retirez de la CNLTD. Qu’est-ce qui a motivé ce geste ?

    Soufiane Djillali : Cette décision couvait depuis un bon moment. Elle aurait pu se produire en janvier 2015 lorsque le majliss ecchoura du MSP avait décidé d’ouvrir un dialogue direct avec le pouvoir sans prendre l’avis de la CNLTD, elle a failli être annoncée le 9 juillet de la même année lorsque M. Mokri avait rencontré M. Ouyahia sans que personne n’en soit averti au préalable. Personnellement, j’avais fait part de mon désaccord. Mais on avait tous alors décidé que la CNLTD était plus importante que ce geste qui officiellement était sans conséquences.

    Mais Monsieur Mokri est revenu à plusieurs reprises dans les médias, sur plusieurs plateaux de télévision et lors de meetings, sur sa demande d’établir un «gouvernement d’union nationale» entre les partis de l’opposition et ceux du pouvoir. Il est évident que cette position devenait stratégique pour ce parti. Il faut dire que lui au moins a eu la franchise de soutenir sa position publiquement. Au sein de la CNLTD, il y avait une hostilité déclarée contre les positions de Jil Jadid et aucune de nos propositions ne passait : refus de s’engager à prendre une position commune concernant les élections avec option de boycotter en cas d’absence de garanties d’un vrai scrutin, refus de s’engager à ne pas négocier en solo avec le pouvoir, refus de discuter d’un programme commun, refus d’engager une discussion sur un modèle de constitution…

    Puis au final, je vois que tout le monde s’accommode bien des élections. Le RCD et le MSP participent aux sénatoriales, et tout le monde vise les législatives, sans mettre, à mon avis, les conditions de transparence pour en finir avec la logique des quotas.

    J’avais prévenu mes ex-partenaires qu’à ce rythme, Jil Jadid se trouverait en porte-à-faux avec ses principes et qu’il ne me sera pas possible de cautionner ces choix en tant que membre de la CNLTD. Je rappelle que celle-ci avait publié des communiqués, sans compter la plateforme de Zéralda, où elle disait que M. Bouteflika était illégitime, que ce gouvernement a mené le pays au désastre et à l’échec, que la corruption est de son fait, qu’en son sein pullulent des corrompus, etc. Maintenant on demande d’entrer au gouvernement de M. Bouteflika, de participer à ses scrutins frelatés, de cohabiter avec les «corrompus», de partager la gestion du pays et d’accepter à respecter les «lignes rouges» de M. Saâdani et consorts. Pour compléter le tableau, M. Ouyahia, comme en écho aux appels au gouvernement d’union, vient d’ouvrir une brèche et tend la main à l’opposition. J’ai le profond sentiment d’avoir raté quelque chose ! 

    Je sais qu’au sein de la CNLTD, la position de Jil Jadid est désormais minoritaire, et que probablement elle est perçue comme trop radicale. Seulement, et nous ne l’avons jamais caché, notre objectif à nous est d’aider ce pouvoir à s’en aller et non pas à participer avec lui à la gestion du pays. Et s’il n’y a pas un vrai engagement pour la construction d’institutions crédibles et légitimes, je refuserai de cautionner un processus électoral dévoyé, même au prix de mon exclusion de la scène politique. Mais je ne suis pas là non plus pour obliger les autres à avoir les mêmes convictions que les miennes. En tout état de cause, il faut être réaliste : pour moi, la CNLTD a épuisé son potentiel et atteint ses limites.

    Que voulez-vous dire par la cnltd a atteint ses limites ?

    A Jil Jadid, notre intime conviction est qu’il faut préparer la prochaine phase pour le pays. La CNLTD a réalisé ce qu’elle pouvait faire. L’opposition en général et la CNLTD en particulier ont fait leur devoir moral : elles ont informé leurs concitoyens. Bien entendu, quand je dis «opposition», je parle des partis mais aussi de la société civile, des intellectuels, des syndicalistes, sans oublier les journalistes. Mais les enjeux de l’avenir nous exigent bien plus. Il faut une vision, un vrai projet, des positions claires. Les directions stratégiques des uns et des autres sont devenues inhibitrices pour le groupe. J’en ai tiré les conclusions. Peut-être qu’en me retirant, les autres membres se retrouveront plus à l’aise et en harmonie. C’est d’ailleurs ce que j’ai compris des premières réactions du RCD à la suite de mon retrait. 

    En vous retirant, vous n’avez pas peur d’affaiblir l’opposition ?

    Absolument pas. Imaginez que je sois resté à la CNLTD et que celle-ci participe aux élections puis entre au gouvernement. Qui aura gagné, le pouvoir ou l’opposition ? Là au moins il y a une voix discordante. Par ailleurs, n’oubliez pas qu’il y a la société civile et beaucoup de personnalités, sans compter d’autres partis politiques qui continuent à croire en un vrai changement. Enfin, l’Icso est toujours là, et c’est un rassemblement plus large !

    Par ailleurs, une solution négociée ne veut absolument pas dire une participation à un gouvernement d’union. Nous voulions négocier des règles du jeu politique à respecter par tous, pas un partage du pouvoir. Je sais, pour le vivre moi-même depuis 27 ans, qu’il est difficile de faire de l’opposition en sachant que vous n’avez aucune chance d’arriver au pouvoir avec ce régime. Mon but est de contribuer à faire évoluer le régime politique vers l’Etat de droit et non pas de détenir une parcelle de décision à l’ombre du système actuel. Certains pourraient penser que c’est un idéalisme naïf, moi je reste persuadé qu’offrir à la nouvelle génération un vrai modèle d’une action politique honnête est plus profitable au pays qu’un siège de député ou de ministre dans ce système. 

    Que proposez-vous en échange ?

    Nous sommes arrivés à une étape où il faut proposer aux Algériens un projet de société. Il ne s’agit pas d’énumérer des chiffres sur la croissance économique ou le nombre de logements et de postes d’emploi à créer. Non, il y a lieu d’expliciter une vraie vision d’avenir, un projet de construction d’une société qui est par ailleurs en plein bouleversement.
    Nous avons, à plusieurs reprises, répété que c’est le «système» de gouvernance en entier qui doit être changé. Contrairement aux accusations à notre encontre, ce n’est pas le «siège présidentiel» qui nous importe. Pour ma part, je critique le président de la République parce qu’il est le parrain de ce régime depuis plus de 17 ans. Et ce régime est malsain, prédateur et sans morale. A l’avenir, il nous faut instaurer un Etat de droit et une démocratie de qualité dans le pays. Cela doit se faire progressivement mais résolument. Il faut une alternative crédible aux yeux de l’opinion nationale et internationale.

    En tout état de cause, Jil Jadid présentera aux Algériens sa vision des choses dès la rentrée prochaine. Nous travaillerons en collaboration avec tous les démocrates du pays qui le désirent, pour proposer aux Algériens les voies et moyens pour remettre le pays sur la voie du développement. L’Algérie est mûre pour un projet de société porté par un courant d’idée démocrate.

    Le pays traverse une crise sans précédent. Comment peuvent évoluer les événements, selon vous ?

    Le pays est exposé à de graves difficultés. Pour se limiter au plan politique, les Algériens sont aujourd’hui convaincus que le président de la République est totalement absent. Il ne leur parle pas et ne dirige pas dans les faits et, même recevoir quelques convives, ne fait plus diversion, tout au contraire. Par ailleurs, les institutions sont bloquées, le Conseil des ministres n’est réuni que très rarement et juste pour la galerie et faire passer une fournée de lois. L’APN est une coquille vide, infestée de prédateurs et de petits ambitieux. Quant aux partis du pouvoir, ils sont devenus des appareils délabrés.

    Pour illustrer mes propos, voyez ce qui s’est passé avec l’examen du baccalauréat et même auparavant avec l’examen de recrutement des enseignants. La fraude est devenue rédhibitoire et à large échelle. Qui en est responsable ? Les élèves ? Les enseignants ? Je vais vous le dire clairement : quand votre Etat n’a plus assez de dignité pour respecter le vote de ses citoyens, lorsqu’un candidat devient président de la République après avoir présenté au Conseil constitutionnel un dossier de santé frauduleux et tout le monde ferme les yeux, lorsque vous avez des ministres qui trichent avec le fisc, transfèrent de l’argent dans les paradis fiscaux sans que personne lève le petit doigt, lorsqu’un M. Chakib Khelil se pavane sous escorte dans les zaouïas sans conscience… quel message croyez-vous transmettre au peuple ? Tout est maintenant truqué, les matchs de foot, les CV des responsables, les comptes de Sonatrach…

    Non, je vous l’assure, coopérer avec ce pouvoir pour lui donner même un semblant de légitimité n’est pas la solution. Il faut rester ferme et sans concessions : la seule chose qui vaille, même si cela devrait durer encore 20 ans, c’est de préparer le vrai changement.

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

     

    Debout La République 21 |
    Justforenglish |
    La Voix des Justes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journallemilitant
    | Piouzelzok2013
    | Goranafarroa