• Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Auteur :

    jiljadidbejaia

  • septembre 2016
    D L Ma Me J V S
    « août   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Commentaires récents

    • Visiteurs

      Il y a 2 visiteurs en ligne
    • Accueil
    • > Analyses
    • > La communication. La plus grave des crises algériennes

    La communication. La plus grave des crises algériennes

    Posté par jiljadidbejaia le 12 septembre 2016

    Indiscutablement, par la faute d’une gouvernance irréfléchie et inadaptée, notre pays est secoué par plusieurs crises qui se traduisent par une déstructuration totale de la société. Cette situation alarmante a été décriée par plusieurs formations politiques et des personnalités nationales sans que cela ne retienne l’attention de nos dirigeants qui s’entêtent à foncer sur le mur, en accélérant.

    Parmi toutes ces nombreuses crises qui mettent à mal la stabilité sociale et mettent en danger la cohésion nationale, il en est une qui est la plus importante car elle conditionne toutes les autres, c’est la crise de communication.
    Comme chacun sait, le système politique algérien n’a jamais inscrit la politique de communication dans son registre de priorités comme l’exige une gestion rigoureuse, efficace et transparente. Bien au contraire, le régime algérien affectionne la cachoterie et la gouvernance trouble pour mieux voiler ses insuffisances, préférant ainsi favoriser les rumeurs de rue et les spéculations.

    Il est universellement reconnu que la culture de communication incombe, depuis toujours, à tous les acteurs de la société, en premier la classe politique et les universitaires en général, qui doivent s’inscrire dans la mise en place de cette culture de communication et de l’enraciner dans les mœurs sociales si l’on veut rétablir la confiance entre les institutions de l’Etat et le peuple, condition sine qua non d’une stabilité sociale.

    Malheureusement, à défaut d’une communication officielle et rigoureuse, la société comble les vides par des rumeurs des plus alarmantes aux plus farfelues. Et comme par hasard, ce sont les rumeurs les plus folles qui se répandent le mieux et qui sont colportées, malgré eux, par les citoyens en mal d’informations.

    Voilà pourquoi j’ai repris un passage d’une déclaration faite par le président de l’association « Aâlawiya » de Mostaganem lors de la célébration du centenaire de la Voie Soufie Aâlamiyya.

    Communication

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

     

    Debout La République 21 |
    Justforenglish |
    La Voix des Justes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journallemilitant
    | Piouzelzok2013
    | Goranafarroa