• Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Auteur :

    jiljadidbejaia

  • avril 2017
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Commentaires récents

    • Visiteurs

      Il y a 1 visiteur en ligne

    Interview de Soufiane Djilali

    Posté par jiljadidbejaia le 23 novembre 2013

    PrésidentA quelques mois de l’élection présidentielle d’avril 2014, une échéance politique capitale pour l’avenir du pays, Algérie-Focus est parti à la rencontre des acteurs politiques qui ont d’ores et déjà annoncé leur candidature. Quels sont leurs projets, leurs intentions et leurs programmes ? Comment compte-t-il convaincre les Algériens de voter pour eux ?

    Pour répondre à ces questions, Algérie-Focus donnera la parole à tous les candidats en course pour la Présidentielle. Soufiane Djilali, le président du parti Jil Jadid, a été le premier à vouloir répondre à nos questions. Ce candidat à l’élection présidentielle nous explicite son projet et nous parle des mesures qu’ils comptent adopter s’il est élu en avril prochain Président de la République algérienne. Entretien. Propos recueillis par Abdou Semmar 

    Corde

    M. Soufiane Djilali, pouvez-vous d’abord nous parler de vous, de votre parcours, de votre vie personnelle. Qui est Soufiane Djilali ?

    SoufianeJe suis issu d’une vieille famille algéroise, dont le Cheikh Abderrahmane el Djilali en est l’illustre représentant. J’ai fait mes études à Alger jusqu’au doctorat vétérinaire. Puis, j’ai fait un DEA, un 3ème cycle puis un Doctorat d’Etat (en immunologie) en France, Paris 6. J’ai toujours aimé suivre les événements dans mon pays et dans le monde. Mon père, que Dieu ait son âme, avait un commerce papeterie librairie à El Annasser (ex-Ruisseau). Dès mon jeune âge, je lisais tout ce qui était là. Les livres mais aussi tous les journaux qu’il y avait sur l’étalage, ainsi que les périodiques. Une fois en France, en 1982, j’ai eu accès à un formidable fond bibliothécaire. Je me suis alors intéressé autant à tout ce qui tournait autour de mon métier mais aussi à l’Histoire, les civilisations, la politique etc.… Lire la suite… »

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

    Les droits de l’Homme reculent…

    Posté par jiljadidbejaia le 28 septembre 2013

    Les droits de l'Homme reculent... dans Analyses loi_association

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

    Jil Jadid-Bgayet soutient le Comité de Réhabilitation du 5 Oct 88

    Posté par jiljadidbejaia le 24 septembre 2013

    Jil Jadid-Bgayet soutient le Comité de Réhabilitation du 5 Oct 88 dans Analyses 5_oct 

    Le Conseil Communal de la ville de Bgayet, élargi à d’autres communes, s’est réuni ce lundi 23 septembre sous la présidence du coordinateur de wilaya et a examiné un certain nombre de points relatifs à la situation politique du pays et à certaines activités politiques dans la wilaya.

    Un large débat a eu lieu sur l’action du Comité de Réhabilitation du 5 Octobre dont le coordinateur de wilaya de Jil Jadid, Monsieur R. Naceri, est signataire du fait qu’il ait contribué à la rédaction de cette déclaration qui a été rendue publique.
    Les militants de Jil Jadid-Bgayet soutiennent l’idée principale qu’il est impératif de réhabiliter cet évènement national qui a marqué un tournant décisif dans l’histoire de l’Algérie indépendante et pour lequel 500 jeunes ont payé de leur vie sans oublier les milliers de blessés dont un grand nombre trainent un handicap lourd.

    L’évènement historique du 5 Octobre a quelque peu forcé le pouvoir en place à amender la constitution pour consacrer le « pluralisme politique », ce qui a permis à plusieurs formations qui activaient, jusque là, dans la clandestinité d’être visibles au grand public. Cette « soupape démocratique » a été aussi une aubaine pour le même pouvoir de créer ses propres partis satellites qui ne s’arrêtent pas de brouiller le jeu politique et de permettre ainsi aux tenants du pouvoir de refermer petit à petit le champ politique qui s’est traduit par une régression des acquis démocratiques arrachés par le sang.

    Jil Jadid-Bgayet soutient cette action  initiée par le Comité de Réhabilitation pour inscrire la journée du 5 Octobre comme Journée Nationale pour la Démocratie.

    Jil Jadid-Bgayet soutient les revendications des victimes du 5 Octobre 88

    Jil Jadid-Bgayet appelle ses militants, adhérents et sympathisants à rejoindre la marche du 5 octobre 2013

     bas_page dans Analyses

    DECLARATION

     

    05 Octobre 88 – 5 Octobre 2013

         Vingt-cinq ans après le séisme d’Octobre 88 qui a fissuré l’édifice du pouvoir et mis à nu les pratiques dictatoriales du système en place depuis l’indépendance, la mémoire des victimes de la répression sauvage qui s’en est suivie, greffée à celle de nos valeureux Chouhadas de la guerre de libération, nous interpelle, aujourd’hui, de faire le bilan objectif et sans complaisance de ce noble combat.

         En 1989, le pouvoir a élaboré unilatéralement une constitution qui consacre le pluralisme politique, associatif et syndical, la garantie des droits de l’homme, la séparation des pouvoirs, bases indispensables à toute transition vers la démocratie.

         Les tenants du système, qui ont de tout temps rusé avec le peuple, se sont par la suite attelé à déconstruire systématiquement et minutieusement, par des violations récurrentes des droits et libertés et un système de fraude électorale généralisée, tous les acquis concédés pour mettre en place une démocratie de façade destinée à dissimuler l’absence d’alternance au pouvoir et éviter la remise en cause du système.

         Le passage du parti unique au multipartisme n’a pas changé la nature du système dès lors que les réponses apportées aux revendications des jeunes d’Octobre 88 n’ont, en réalité, visé qu’à éviter et pervertir une véritable transition démocratique.

         Par ailleurs, face à l’absence manifeste de volonté politique du pouvoir de consacrer dans les faits l’Etat de droit, les réformes économiques engagées ont abouti à la déstructuration des bases économiques et du tissu industriel de notre pays et à la spoliation des richesses de la collectivité nationale.

         Les jeunes révoltés d’Octobre 88, soutenus par tout le peuple algérien, que les tenants du pouvoir de l’époque avaient qualifié de « chahuts de gamins », ont revendiqué, avec toute la force de leurs convictions, leurs droits à la Démocratie, aux respects des Libertés et à un Etat de Droit.

         Pour nous, la république, c’est aussi l’égalité en droits et devant la loi, ce sont les droits sociaux garantis par l’Etat à travers des services publics nationaux efficients et des infrastructures de base et enfin l’utilisation des fonds publics pour le renforcement du secteur public et enfin la prise en charge des besoins sociaux.

         Fidèle à sa nature et en s’appropriant la symbolique d’Octobre 88, le système qui a assimilé les victimes d’Octobre à des accidentés de travail et faisant fi de sa responsabilité dans les massacres du soulèvement populaire, ne fait que persister dans la ruse et la volonté de maintenir le statuquo et pérenniser ainsi le système.

         Nous n’avons pas le droit d’oublier cet évènement historique qui a endeuillé des centaines de familles dans leur chair et dans leur existence.

         Face à la déliquescence du système et au chaos qui menace le pays et toute notre jeunesse à très court terme,

     

        LE COMITE DE REHABILITATION DU 5 OCTOBRE 88 LANCE UN VIBRANT APPEL à toutes les forces politiques démocratiques sans exception, à toutes les associations de femmes, de jeunes, d’étudiants, de travailleurs, et à toutes les personnalités et patriotes qui ont la république et la démocratie chevillées au corps à une grande mobilisation afin de réhabiliter le 5 Octobre et toute la charge d’espoir qu’il a toujours véhiculé et d’en faire le point de départ d’une véritable convergence démocratique pour une réelle prise de conscience quant à l’exigence du rassemblement de tous pour une véritable transition démocratique.

     Nous appelons les citoyennes et les citoyens à se joindre à

    • la marche samedi 5 octobre 2013 à 10 h00, du TRB à l’esplanade de la Maison de la culture
    • dépôt de gerbe de fleurs
    • Meeting

    Le COMITE DE REHABILITATION DU 5 OCTOBRE 88 :

    • AVO 88 (Association des Victimes d’Octobre 88)
    • LADDH (Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme)
    • MJIC (Mouvement de la Jeunesse Indépendante pour le Changement)
    • CST (Comité de Solidarité avec les Travailleurs)
    • Hadj Rabah NACERI (Ancien Président d’Apw de Bejaia. 1997-2002)

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

    Sauver l’Ecole quel qu’en soit le prix !

    Posté par jiljadidbejaia le 6 septembre 2013

    Sauver l'Ecole quel qu'en soit le prix ! dans Analyses ecole

    Enfin ! Notre Premier Ministre a lâché le mot que nous attendions depuis 1976 : « il faut sauver l’Ecole quel qu’en soit le prix !« 

    C’est en 1996 que le mouvement national des parents d’élèves, dont je faisais partie, a dénoncé la mise en place de la triste réforme appelée « école fondamentale » que tout le monde a transformé en école « fawdamentale » (autrement dit l’école de l’anarchie et du désordre).
    Sans avancer le moindre argument sur les désastres de ce système, nous préférons laisser les pédagogues, les spécialistes de l’éducation, les parents d’élèves, les victimes innocentes que représentent les élèves, etc… faire le bilan du massacre dont s’est rendue coupable l’école algérienne qui est devenue une arme de destruction massive !

    Oui ! Monsieur le Premier Ministre, il faut sauver en urgence l’Ecole si l’on veut sauver notre pays et sa jeunesse.

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

    Les ravages de la corruption en Algérie

    Posté par jiljadidbejaia le 10 juillet 2013

    Les ravages de la corruption en Algérie dans Analyses transparency

              Transparency International (TI) a rendu public, ce mardi 9 juillet,  son baromètre mondial de la corruption 2013. Il en ressort que l’Algérie occupe le 105e rang sur les 107 pays concernés par le sondage. Selon les résultats de ce sondage, aucun secteur d’activité, aucune corporation ou institution n’est épargné par le fléau.

    Le rapport indique que 74% des Algériens pensent que le milieu des affaires est gangréné par la corruption.

    Mais le plus grave est de constater à quel point la justice algérienne est discréditée aux yeux des citoyens. D’après Transparency International :

    • 72% des Algériens considèrent que les instances judiciaires sont affectées par la corruption,
    • contre 67% et 62% concernant les partis politiques et le Parlement.
    • Le rapport ajoute que 62% des citoyens algériens pensent que les services de police sont corrompus
    • contre 52% pour les corps de l’armée.
    • Le secteur de l’éducation est considéré comme corrompu par 62% des Algériens,
    • contre 58% pour les services de santé.
    • 45% des Algériens sondés par cette ONG pensent aussi que les médias sont corrompus.
    • Le seul secteur qui jouit encore d’un semblant de crédibilité est celui des institutions religieuses. Ces dernières ne sont perçues comme corrompues que par une minorité de 15% de la population, indique le baromètre mondial de la corruption de TI, fondé sur les résultats d’un vaste sondage portant sur 114.000 personnes à travers le monde.
    • Environ 27% des sondés ont avoué avoir  distribué des pots-de-vin lors des 12 derniers mois,
    • mais 9 personnes interrogées sur 10 se sont déclarées prêtes à lutter contre la corruption, indique Tranparency.

    La Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme (CNCPPDH) a indiqué dans un rapport, rendu public il y a deux jours, que la corruption en Algérie touche « l’ensemble des secteurs, notamment ceux créateurs de richesses et les plus hautes sphères de la hiérarchie de l’État ». Cette organisation gouvernementale, dirigée par Farouk Ksentini, a estimé que « la corruption se banalise et, l’impunité aidant, risque d’entraver toute démarche destinée à atteindre les objectifs socioéconomiques ».

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

    123
     

    Debout La République 21 |
    Justforenglish |
    La Voix des Justes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journallemilitant
    | Piouzelzok2013
    | Goranafarroa