• Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Auteur :

    jiljadidbejaia

  • avril 2017
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Commentaires récents

    • Visiteurs

      Il y a 1 visiteur en ligne

    Avant-projet de charte d’éthique de Jil Jadid

    Posté par jiljadidbejaia le 24 mars 2013

    Avant-projet de charte d'éthique de Jil Jadid screenshot005

    Avant-projet de charte proposée par Rabah Naceri
    Membre fondateur de Jil Jadid
    Membre du Conseil Politique

    La présente charte d’éthique se veut donc un outil et un guide de conduite permettant aux militants actifs au sein des structures du parti ou élus dans une institution d’Etat ainsi qu’aux employés permanents ou temporaires de l’administration du parti d’appuyer l’exercice de leurs fonctions sur des principes et des règles qu’ils se doivent de respecter scrupuleusement afin de préserver la discipline et l’ordre à tous les niveaux des organes du parti.

    Le parti Jil Jadid se veut donc être un cadre de travail assidu pour l’enracinement de la culture démocratique, une école de sensibilisation, d’information et de formation à l’exercice du pouvoir d’Etat, d’éducation au débat démocratique et politique, à la tolérance, au respect du droit à la différence, à la bonne gouvernance et au respect du bien public.

    Dans cet ordre d’idées, l’intégrité, l’engagement, la loyauté, l’objectivité, l’impartialité et la transparence demeurent au centre des principes, des règles et des valeurs qui constituent l’assise sur laquelle s’appuie l’activité de tous les militants sans exception que le parti Jil Jadid entend promouvoir.

    Conduite du Jadidien au sein du parti

    Le Jadidien* doit constamment veiller à créer les conditions d’une vie démocratique authentique et à promouvoir la pratique du débat démocratique et de l’alternance, de la bonne circulation de l’information entre les différents organes du parti et entre les dirigeants et les militants de base.

    Le Jadidien doit veiller à ne jamais commettre ou favoriser toute forme de discrimination basée sur la région, la langue, la religion, le clan, le sexe, la fortune, le statut social, etc.

    Le Jadidien doit constamment militer pour la promotion de l’égalité entre l’homme et la femme au sein du parti et dans la gestion des affaires publiques au sein des institutions élues.

    Le Jadidien doit militer pour instaurer la tradition de la critique et l’autocritique au sein du parti en créant, au mieux, les conditions de libre expression des tendances et des volontés.

    Conduite du Jadidien envers les citoyens

    Le Jadidien doit adopter un comportement courtois, poli et attentif à l’endroit du citoyen. Il doit traiter celui-ci avec égards et respect en évitant toute forme de discrimination ou de mépris.

    Le Jadidien doit adopter une conduite exemplaire, aussi bien au sein des organes du parti qu’à l’extérieur, pour préserver l’image du parti et assumer ses responsabilités avec compétence, diligence et de manière appropriée.

    Le Jadidien doit, de surcroît, éviter de se placer dans des situations où son intégrité pourrait être mise en doute et par voie de conséquence de ternir l’image du parti.

    Le Jadidien doit s’impliquer dans l’élaboration et l’application de programmes de formation citoyenne qui permettront d’enraciner durement et profondément les valeurs démocratiques universelles et la consécration des droits et obligations du citoyen.

    Le Jadidien doit s’abstenir en tout temps et en tout lieu, de tenir des propos diffamatoires, désobligeants ou injurieux à l’encontre d’un parti rival ou d’une personnalité, verbalement, par écrit ou par quelque autre moyen de communication.

    Conduite du Jadidien durant le mandat électif

    Le Jadidien assumant un mandat électif doit veiller à ne jamais être dans une situation susceptible de mettre en conflit, d’une part, l’intérêt personnel ou celui de leurs proches et, d’autre part, les devoirs de leurs missions.

    Le Jadidien élu doit s’abstenir, ainsi que son conjoint, de détenir sciemment, directement ou indirectement, un intérêt lié à sa mission ou son autorité.

    Le Jadidien, qu’il soit militant actif au sein des structures du parti ou assumant un mandat électif, doit s’abstenir de solliciter, d’accepter ou de recevoir de quiconque un avantage (cadeau, faveur, récompense, service, commission, rémunération, rétribution, indemnité, compensation, bénéfice, profit, avance, prêt, etc… ou toute autre chose utile ou profitable de même nature ou toute promesse d’un tel avantage) pour eux ou pour leurs proches en échange d’une prise de position, d’une intervention ou d’un service.

    Le Jadidien, assumant une mission élective, doit s’abstenir d’utiliser pour son intérêt personnel ou celui de ses proches des renseignements que sa fonction lui permet d’obtenir et qui ne sont pas disponibles au public.

    Les abus en la matière sont notamment les suivants:

    • Divulgation de renseignements,

    • Exploitation de renseignements à des fins personnelles,

    • Utilisation de renseignements figurant dans un dossier confidentiel en vue d’obtenir certains avantages,

    • Retrait, modification ou destruction de documents officiels.

    Le Jadidien-élu doit, de surcroit, s’abstenir d’utiliser ou de permettre l’utilisation, des biens et de tout autre ressource publics, à des fins personnelles ou celle de ses proches.

    Les droits du Jadidien

    Le Jadidien a droit à toute l’information sur la vie et les activités du parti.
    Il ouvre droit à une formation politique de qualité qui lui permettrait de militer en conformité aux textes et règlement du parti.
    Il doit être encadré et soutenu par ses pairs dans toute situation survenue dans l’exercice de ses missions politiques.

    Révision de la charte d’éthique

    La présente charte sera révisée de façon périodique ou au besoin.

    Dans un tel cas, une session ordinaire ou extraordinaire du Conseil National sera organisée et un communiqué identifiant les modifications apportées sera émis en direction de tous les Jadidiens au niveau national.

    * Un Jadidien est une appellation adoptée au sein du parti pour désigner le militant de Jil Jadid.

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Jil Jadid : «Le véritable complot est la corruption généralisée»

    Posté par jiljadidbejaia le 14 mars 2013

    Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, fustige le pouvoir en place et accuse les dirigeants de ce pays d’être des «irresponsables».

    (Par Nabila Amir). En analysant la situation qui prévaut dans notre pays, ce parti déplore l’incapacité de ceux qui occupent des postes-clés au sommet de comprendre leur société, à anticiper sur les véritables enjeux et à assumer leurs responsabilités. Sofiane Djilali dénonce l’attitude de nos responsables qui, pour cacher leur incompétence, se cachent derrière ce qu’ils appellent «le complot». Depuis quelque temps, explique-t-il, le mot «complot» a pris la place de «la main de l’étranger» dans le lexique d’une certaine classe politique pour expliquer et surtout dénoncer toute revendication populaire qui dérange le pouvoir en place.

    Le président de Jil Jadid cite, à titre d’exemple, ce qui se passe au sud du pays ; les revendications des protestataires sont, selon lui, très claires ; il s’agit du travail et de l’équité entre tous les citoyens algériens. Seulement, d’après Sofiane Djilali, les avocats du régime ont fait une autre lecture de ces revendications et se sont mis à crier à la menace impérialiste et au complot. «La triste réalité algérienne est qu’en fait, si complot il y avait, il serait à rechercher dans les sphères des gouvernants qui ne prêtent attention à la population que lorsque celle-ci est à bout de patience», note le chef de file de ce parti. Ce dernier est persuadé que si l’on devait identifier un complot, c’est celui de la corruption généralisée dont les principaux animateurs restent protégés.

    Et si l’on devait s’interroger sur les complots, il faut penser à celui qui a fait qu’un processus démocratique ait été «dévoyé» en un processus autocratique par la violation de la Constitution.
    Sofiane Djilali ne comprend pas pourquoi les dernières mesures prises par le gouvernement pour calmer les jeunes du Sud n’avaient pas été instituées depuis 5 ou 10 ans et pourquoi il n’y a pas eu de bilan du «programme du Président», présenté comme le salut de la nation et appliqué depuis près de 15 ans…

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Complot ourdi !

    Posté par jiljadidbejaia le 14 mars 2013

    Complot ourdi ! logo1_2_3-200x300Depuis quelque temps, le mot “complot” a pris la place de “la main de l’étranger” dans le lexique d’une certaine classe politique pour expliquer et, surtout, dénoncer toute revendication populaire qui dérange le pouvoir en place.
    Ainsi en est-il pour le mouvement de protestation animé, légitimement, par nos concitoyens du Sud. Leurs demandes sont claires : du travail et de l’équité entre tous les citoyens algériens. Il n’en fallait pas plus pour que les avocats du régime se mettent à crier aux menaces impérialistes et aux complots “ourdis”.
    La triste réalité algérienne est, en fait, si complot il y avait, il serait à rechercher dans les sphères des gouvernants qui ne prêtent attention à la population que lorsque celle-ci est à bout de patience. Si l’on devait identifier un complot, c’est celui de la corruption généralisée dont les principaux animateurs restent protégés. Si l’on devait nommer un complot, c’est celui qui a fait qu’un processus démocratique ait été dévoyé en un processus autocratique par la violation de la Constitution. Si l’on devait s’interroger sur les complots, il faudrait comprendre pourquoi les dernières mesures prises par le gouvernement pour “calmer” les jeunes du Sud n’avaient pas été instituées depuis cinq ou dix ans déjà.
    Si l’on devait croire au complot, il faudrait s’interroger sur les résultats du “programme du Président” présenté comme le salut de la nation et appliqué depuis près de quinze ans…
    Tant pis si tant d’incompétences, de gâchis et d’irresponsabilités finissent par déstabiliser toute la société, créer du régionalisme, réinjecter les divisions ancestrales, faire ressurgir les archaïsmes et atomiser le corps social. Mais “déstabiliser” le trône, voilà un complot que les abonnés aux râteliers de la République ne peuvent souffrir !
    À Jil Jadid, nous déplorons l’incapacité de nos dirigeants à comprendre leur société, à anticiper les véritables enjeux, à prévoir les solutions d’avenir, à assumer leurs responsabilités. Devant les fruits amers de leur gouvernance, ils rejettent tout sentiment de culpabilité, par avocats interposés, sur “l’étranger”, que personne n’a vu ni entendu !


    Le président de Jil Jadid,
    Soufiane Djilali

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    «Les grands partis agissent comme des troupeaux sans berger» a dit Soufiane Djillali

    Posté par jiljadidbejaia le 10 mars 2013

    «Les grands partis agissent comme des troupeaux sans berger» a dit Soufiane Djillali algerienews

    Entretien réalisé par Khelifa Litamine

    En marge de la célébration du premier anniversaire de la création de Jil Djadid, Djilali Sofiane a bien voulu répondre à nos questions. Corruption, présidentielle et inégalité sociale, voilà ce que pense Djilali Sofiane sur ces différents thèmes.

    Algérie News : Vous avez exprimé à maintes reprises de vives critiques à l’encontre des déclarations de Louisa Hanoune sur la corruption, et qui, d’après vous, tente de disculper le président de la République. Pourquoi ?
    Djilali Sofiane : Oui ! Je me suis opposé à ce genre de discours, car il n’apporte rien de nouveau, d’autant plus que le président de la République n’est certes pas impliqué mais il est le premier responsable quand il s’agit de la gestion des affaires du pays. C’est lui qui a placé ces hommes dans ces postes-clés. C’est à lui d’user de toutes ses prérogatives pour faire la lumière sur tous les dossiers de corruption, sans limite et sans aucune restriction.

    L’élection présidentielle est dans un an. Comptez-vous vous présenter ou allez-vous soutenir un autre candidat?
    A l’heure actuelle, je n’ai aucune réponse à vous apporter. Au sein de notre parti, il existe un processus de prise de décision que nous devons respecter. Cette question sera soumise au Conseil national qui se tiendra en avril prochain, où la décision sera prise. Cela dit, le dossier de l’élection présidentielle restera ouvert jusqu’au mois de septembre, date à laquelle nous tiendrons un deuxième conseil. C’est à ce moment-là que la question d’y participer ou pas sera définitivement tranchée. S’il y a un candidat qui nous convient, il se peut qu’on le soutienne, ou bien nous présenterons notre propre candidat.

    Nous constatons un silence étrange des partis politiques sur l’actualité dominée par la corruption et par l’amendement de la Constitution. Comment expliquez-vous cette situation ?
    Sauf le notre (sourire). Djil Djadid est toujours en activité, et sur le terrain. Ce qui nous a permis de constater que les citoyens ne comprennent pas ce qui se passe sur la scène politique. Ils ne comprennent pas ce qui se passe au sein du FLN et du RND qui sont, faut-il le souligner, complètement absents des débats. Nous avons le sentiment qu’ils réagissent (FLN et RND ndlr) comme des troupeaux sans berger. Ils ne savent plus quoi faire et quoi dire.

    Pourquoi ?
    Parce qu’ils ont grandi au sein des institutions. Et maintenant, à l’évidence, ils n’ont plus d’instructions, de ce fait, ils se sentent perdus. C’est la preuve qu’ils ne sont pas des partis de conviction, porteurs de projets, mais plutôt des appareils qui doivent attendre des instructions pour travailler.

    Vous vous êtes déclaré contre un quatrième mandat pour le Président, peut-on savoir pourquoi ?  
    Nous pensons qu’en Algérie il y a plusieurs personnalités qui sont capables de faire un travail de Président, c’est-à-dire être présent et parler aux Algériens, leur apporter le confort et le réconfort. Des personnes capables d’apporter de nouvelles perspectives aux citoyens avec un langage de vérité. Les citoyens ne supportent plus le silence qui, avec le temps, se transforme en mépris. Pour revenir à l’élection présidentielle, nous pensons qu’il est prématuré d’avancer des noms. Certains se prononceront tôt ou tard et les choses vont s’accélérer.

    Ces derniers temps, les jeunes du Sud sont montés au créneau pour dénoncer les inégalités dont ils sont victimes, surtout pour ce qui est de l’accès à l’emploi. Que se passe-t-il exactement selon vous ?
    Cette situation est le résultat du cumul des erreurs mais surtout de l’absence de toute forme d’écoute des aspirations des citoyens en général et des jeunes en particulier. Les problèmes ne sont pas résolus dans le fond, mais plutôt dans la forme. Il faut que les solutions s’inscrivent dans une politique de développement durable qui garantisse une répartition équitable des richesses du pays. Pour revenir au Sud, il aurait fallu développer l’agriculture et d’autres secteurs. La formation des gens dans le Sud est aussi une chose primordiale pour leur permettre d’accéder à des postes d’emploi, la formation du capital humain doit être privilégiée, c’est ce que le pouvoir en place n’a pas fait, car cela nécessite des efforts, et ce dernier, n’a pas voulu se casser la tête.


    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Tafsut t amezwarut n’Jil Ajdid

    Posté par jiljadidbejaia le 3 mars 2013

    Tafsut t amezwarut n'Jil Ajdid tafsut

    Le nouveau parti Jil Ajdid vient de souffler sa première bougie en présence de nombreux invités et des militants. La salle était comble alors que nous avons craint le contraire à cause des fortes chutes de pluie et du froid glacial qui se sont donné rendez-vous pour ce jour.

    Les membres du Conseil Politique et du Secrétariat National ont été invités à monter sur scène pour être présentés aux invités et aux nombreux journalistes présents pour cet anniversaire fêté dans la plus grande simplicité. Un débat s’en est suivi, animé par le président du parti et deux jeunes collaborateurs du Secrétariat National.

    La surprise a été laissée pour la fin de cet évènement, un énorme gâteau éclairé par une bougie pour symboliser le premier anniversaire du parti Jil Ajdid. L’honneur a été donné à un petit groupe de cinq enfants pour souffler cette bougie.

    jiljadid_01-300x200

    jiljadid_02-300x200

    jiljadid_03-300x200

    jiljadid_04-300x200

    jiljadid_05-300x200

    jiljadid_06-300x200

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid, répond…à « Mon Journal »

    Posté par jiljadidbejaia le 2 mars 2013

    Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid, répond...à screenshot003

    http://monjournaldz.com/fr/index.php/dossier/2220-sofiane-djillali,-pr%C3%A9sident-du-jil-jadid-%C2%AB-les-alg%C3%A9riens-ne-croient-plus-en-la-classe-politique-ni-en-leurs-dirigeants-%C2%BB.html

     

    Sofiane Djilali, 53 ans, a claqué la porte  du PRA en 1999, lorsque Nordine Boukrouh a décidé unilatéralement de participer au premier gouvernement mis en place par Bouteflika. En 2004, il s’est lancé dans une aventure avec Ali Benflis. L’échec est cuisant et va coûter sa vie politique à l’ex-patron du FLN. Sans détours, Sofiane Djilali assume son choix tout en dénonçant le déficit démocratique dont souffre le pays. Mais il ne baisse pas les bras. 2011, il lance Jil Jadid, qui célèbre en ce mois de mars son deuxième anniversaire.
     
    La fermeture du champ politique durant plus de dix ans a eu des effets très négatifs sur le pays. La dépolitisation de la société, d’une part, et la disqualification du politique d’autre part, en sont les manifestations les plus évidentes. L’ouverture récente, effectuée dans le sillage de ce qu’on  a appelé le printemps arabe, est-elle en mesure de réparer la situation ? Lire la suite… »

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Soufiane Djilali ré&git aux propos de Louisa Hanoune

    Posté par jiljadidbejaia le 28 février 2013

    Soufiane Djilali ré&git aux propos de Louisa Hanoune trahison-1024x409

    louisa_hanoune-300x115

     

     

    Le parti Jil Jadid dirigé par Soufiane Djilali réagit à travers un communiqué aux déclarations de Louisa Hanoune, patronne du PT depuis deux décennies.

    Dans ce communiqué, le président fait le constat qu’au demeurant tous les Algériens partagent : « Depuis l’explosion des scandales internationaux de corruption impliquant d’anciens membres du gouvernement, les Algériens sont choqués par l’ampleur des dépravations annoncées et de la dérive maffieuse de la conduite des affaires de l’Etat ». Sans plus tarder, le président de Jil Djadid décoche ses fléchettes contre Louisa Hanoune soutien patenté de Bouteflika. « Ces affaires semblent encore toutes relatives par rapport aux annonces faites par Madame Louisa Hanoune ». Soufiane Djilali estime qu’elle « est souvent informée en avant-première ». C’est dire sa proximité avec le premier cercle du pouvoir.

    « Ainsi, trois des ministres les plus importants qui ont eu à gérer pendant une dizaine d’années l’essentiel des richesses du pays, auraient été imposés à l’Algérie, lit-on dans le communiqué qui regrette toutefois que « Madame Hanoune n’a pas été plus loin pour nous informer par qui ils nous auraient été imposés, ni dans quelles conditions cela s’est fait ».

    Des « traîtres » à la nation

    Poursuivant sa diatribe, le président de Jil Djadid, affirme que « cela signifie que l’Algérie a perdu son indépendance et a été mise sous tutelle politique. Des «traitres» à la nation ont alors été désignés par une puissance étrangère pour pouvoir diriger notre pays à son profit ». 

    Soufiane Djilali pointe la responsable de Bouteflika dans cette affaire de corruption à répercussion internationale. « Le Président de la République, sous le règne duquel ces hommes nous ont été parachutés, aurait donc consenti à couvrir politiquement une telle manœuvre n’informant pas son peuple que lui, n’était là que pour mettre en application les décisions prises ailleurs », observe-t-il.

    Le président de ce parti subodore que la présidente du PT serait en connaissance de secrets d’Etat. Il estime qu’ »une procédure judiciaire devrait être ouverte et que son audition devrait se faire au plus vite pour qu’elle puisse révéler la totalité des faits et des informations qu’elle détient » car « les Algériens sont inquiets de savoir si d’autres hauts responsables de la République sont également concernés ».

    Yacine K.

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Intervention vidéo de Sofiane Djillali (en Arabe et en Français)

    Posté par jiljadidbejaia le 1 février 2013

     

    CLIQUEZ sur ce lien pour la LANGUE FRANCAISE
     

    CLIQUEZ sur ce lien pour la LANGUE ARABE

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Sofiane Djillali s’est exprimé lors du forum des élus

    Posté par jiljadidbejaia le 27 janvier 2013

    Sofiane Djillali s'est exprimé lors du forum des élus photo0422

     

    1er Forum des élus de Jil Jadid
       


    revuedepresse-300x103 

     

    (Source APS). Le président du parti Jil Jadid salue l’ANP après son intervention pour mettre fin à la crise des otages

    ALGER – Le président du parti Jil Jadid (JJ), Djilali Sofiane, a salué samedi à Alger, l’intervention de l’Armée nationale populaire (ANP) pour mettre fin à la prise d’otages du site gazier de Tiguentourine à In Amenas (Illizi) avant qu’elle ne prenne une autre tournure.

    L’intervention rapide des unités de l’ANP et autres corps de sécurité pour libérer les otages retenus dans le site gazier d’In Amenas était une « décision réfléchie qui a mis fin à une crise avant qu’elle ne prenne une autre tournure », a indiqué M. Djilali lors d’une rencontre interne avec les élus du parti au centre de l’agence nationale de loisirs et de divertissement des jeunes de Zeralda.

    L’intervention de l’armée a permis « aux choses de reprendre leur cours normal » et d’anéantir les éléments terroristes sur le site, a-t-il précisé.

    D’autre part, le président du parti Jil Jadid a annoncé qu’il comptait entreprendre dans les tous prochains jours une initiative avec des alliances partisanes pour définir les mesures à prendre pour l’ancrage de la démocratie et la réalisation des réformes et changements auxquels aspire l’Algérie.

    ______________

    El-Khabar

    جيلالي سفيان يعارض تعديل الدستور
     »جيل جديد » سيطلق حملة ضد  »العهدة الرابعة »

     

     أعلن سفيان جيلالي، رئيس حزب  »جيل جديد »، أمس، عن إطلاق مبادرة باتجاه الأحزاب والشخصيات القريبة من خط الحزب، للعمل سويا ضد تعديل الدستور وضد حصول الرئيس بوتفليقة على عهدة رابعة.

    وقال سفيان، أمس، بزرالدة في اجتماع ضم منتخبي الحزب المحليين الـ122 (7 رؤساء بلديات)، أن  »حديث بعض الجهات عن عهدة رئاسية رابعة، يعني زيف الإصلاحات السياسية وعدم وجود إرادة حقيقية في بناء دولة القانون، ويعني أيضا التنكر للديمقراطية ».

    وأوضح سفيان بأن  »جيل جديد » يعارض استمرار بوتفليقة لفترة رئاسية جديدة  »لأنه لا يعقل لرئيس لا يخاطب شعبه وقت الشدائد، أن نطلب له عهدة جديدة ». وأضاف:  »إننا في حزبنا لا نقبل أن يمس الرئيس بالدستور من جديد، لأننا لا نثق في كون التعديلات التي يريد إدخالها عليه، ستكون مفيدة للشعب وللبلاد. وندعوه إلى أن يتيح الفرصة لرئيس جديد لإقامة مؤسسات بالطريقة التي تتماشى مع المرحلة المقبلة ».

    وبخصوص حادثة منشأة الغاز بعين أمناس، قال سفيان في كلمته إنه  »أصيب بالصدمة لصمت الرئيس، فهو لم يتكلم مع الشعب ولا مع عائلات الرهائن. أما الدبلوماسية فكانت غائبة تماما، لأن الموقف الجزائري من الأزمة كان يأتينا من المسؤولين الأجانب وهذا عيب وعار لبلادنا

    ___________

    Horizon

    « La présidentielle doit précéder la révision de la Constitution »

     Dans une conférence de presse animée, hier à Zéralda, Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, a évoqué l’attaque terroriste du site gazier de Tiguentourine, à Ain Amenas. Il a tenu à rendre un grand hommage à l’ANP pour son professionnalisme.. « Je salue la décision prise par l’ANP de donner l’assaut rapidement et sans attendre l’avis des autres pays pour sauver les otages et éviter le pire, en empêchant les terroristes de faire exploser le site gazier », a-t-il déclaré. Évoquant la guerre au Mali, Sofiane Djilali, appuie la position de l’Algérie qui refuse d’y intervenir militairement, au risque de tomber dans un bourbier. Selon lui, « plusieurs pays ont voulu impliquer l’Algérie dans cette guerre menée par des groupes ethniques et des fractions religieuses, mais ils n’y ont pas réussi ». Dans le même sillage, le président de Jil Jadid « s’interroge pourquoi l’Algérie a ouvert son espace aérien aux avions français ». le président de Jil Jadid abordera ensuite les présidentielles de 2014. A ce sujet, il propose d’organiser des élections transparentes pour élire un nouveau président de la République et songer à élaborer une nouvelle Constitution. Enfin, Sofiane Djilali compte rendre publique une initiative, avec d’autres partis politiques, pour refuser un 4e mandat au président Abdelaziz Bouteflika. « Barakat pour la prolongation des mandats », tonne-t-il.

    _____________

    Ness-News

    Un quatrième mandat pour Bouteflika : « Pas question monsieur le Président ! »

    En Algérie, les politiques ne sont pas tous favorables à un quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Sofiane Djilali, le président du jeune parti Jil Jadid a exprimé publiquement son opposition à ce projet politique.

      »Les préparatifs pour un quatrième mandat pour Abdelaziz Bouteflika se précisent. Pas question monsieur le Président ! Déjà que vous avez touché à la Constitution uniquement pour vous permettre un troisième mandat, mais de là à partir encore une fois pour un quatrième mandat ça devient vraiment illégitime », a dénoncé ainsi Sofiance Djilali à l’occasion du Forum des élus du parti Jil Jadid qui s’est déroulé samedi à Zeralda. D’après Sofiane Djilali, la révision de la Constitution doit être confiée à un nouveau Président de la République. « Nous n’avons pas confiance en l’équipe actuelle et nous préférons que ce soit fait par un nouveau président de la République », a-t-il expliqué dans ce sillage.

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Le téléphone ne sonne plus à Amizour depuis 3 ans !

    Posté par jiljadidbejaia le 18 janvier 2013

    Le téléphone ne sonne plus à Amizour depuis 3 ans ! telephone_derangement1

    villages_isoles

      (Par Nadir Touati). Le téléphone n’a pas sonné depuis 3 ans dans plusieurs villages situés à l’est du chef-lieu communal d’Amizour, suite aux vols en série de câbles de la ligne téléphonique desservant cette région. Il s’agit des villages d’Ighil Iaalouanen, Tarikt, Tarzout, Ihyounen, Ighil Nchiha, Ait Oumaouch, Drari et les localités voisines qui sont privés du service de téléphone depuis pratiquement 2010, indique un membre d’une association locale de cette région. C’est environ un segment de 6 kilomètres qui a fait l’objet de sabotage, et en dépit de plusieurs tentatives de réparation de la part des services techniques d’Amizour, les localités citées sont restées isolées du monde, du fait aussi des scénarios répétés d’actes prémédités d’arrachage des câbles téléphoniques. Notre source évoque même un acte de vol en 2011 dont les auteurs, originaires d’une ville littorale est, ont été arrêtés en flagrant délit et remis à la gendarmerie. Plusieurs centaines de mètres sont arrachés et les services techniques de l’entreprise ACTEL d’Amizour trouvent du mal à rétablir définitivement les segments volés, puisque la ligne en question, située de surcroît dans une région non sécurisée et isolée, reste susceptible à d’autres actes de sabotage.Pour cela, l’on songe à l’installation des câbles optiques souterrains pour assurer le rétablissement et du téléphone et d’Internet en arrêt depuis maintenant 3 ans, chose qui prive surtout les jeunes de ces villages, notamment les élèves et les étudiants.

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    1...111213141516
     

    Debout La République 21 |
    Justforenglish |
    La Voix des Justes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journallemilitant
    | Piouzelzok2013
    | Goranafarroa