• Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Auteur :

    jiljadidbejaia

  • avril 2017
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Commentaires récents

    • Visiteurs

      Il y a 1 visiteur en ligne

    Texte fondateur du Mouvement BARAKAT

    Posté par jiljadidbejaia le 12 mars 2014

    Barakat

    TEXTE FONDATEUR

    Barakat au système, à ses hommes, ses pratiques et ses méthodes !

     

    Le Mouvement Barakat ! est un mouvement national citoyen pacifique, autonome et non partisan qui milite pour l’instauration de la démocratie et d’un Etat de droit et de justice en Algérie.

    Le Mouvement Barakat ! a été lancé à Alger le 1er mars 2014 par un groupe de citoyennes et de citoyens, soucieux de préserver l’avenir de leur pays, suite à la prise de conscience quant à la grave crise multidimensionnelle qu’il traverse, porteuse de tous les périls.

    Le Mouvement Barakat ! est la résultante d’un sursaut collectif pour rendre sa dignité au citoyen algérien, le droit à la participation politique des citoyennes et des citoyens, le respect de l’opinion et de la liberté d’expression, le droit de réunion et de manifestation. instaurer la justice sociale, garantir une juste répartition des richesses nationales.

    Le Mouvement Barakat ! c’est dire barakat à la hogra, barakat à la corruption généralisée, barakat aux pratiques et méthodes du système, barakat aux méthodes répressives du régime ( Police politique), barakat au 4e mandat, barakat aux élections truquées, barakat à la marginalisation de la jeunesse, barakat à 52 ans de confiscation de la volonté populaire, barakat à la confiscation et la falsification de l’histoire, barakat à la gabegie et à l’instrumentalisation des valeurs et constantes de la nation algérienne.

    Le Mouvement Barakat ! se veut une force de proposition et d’action autour d’une solution politique pacifique et civile consensuelle à la crise structurelle occasionnée par le système anachronique. Ses méthodes d’action sont la manifestation pacifique, l’argumentation rationnelle et le dialogue sérieux et constructif avec tous les acteurs politiques où qu’ils se trouvent qui partagent le même projet de société et œuvrent à sa réalisation, en excluant à l’exemple du mouvement Barakat toutes formes de violence.

    Attaché au caractère républicain de notre Etat, défenseur du projet démocratique et moderne de notre pays, le Mouvement Barakat ! est un cadre national de mobilisation et d’organisation qui puise sa raison d’être des aspirations légitimes au changement de notre peuple, prônant les valeurs de citoyenneté, de tolérance, de dialogue, de paix et des droits de l’homme universellement reconnues.

    Né dans un contexte spécifique, dominé par les luttes qui tendent à imposer la continuité d’un système dépassé comme seule alternative possible, en le légitimant par une élection inscrite dans un processus qui a atteint ses limites, le Mouvement Barakat refuse de s’inscrire dans cette logique suicidaire et rejette le 4e mandat ainsi que l’élection présidentielle prévue pour le 17 avril qui représente un affront supplémentaire aux citoyennes et aux citoyens. Pour le mouvement Barakat, ces élections ne peuvent être la réponse idoine aux aspirations du peuple et ne peuvent constituer, en aucun cas, la solution aux crises cycliques que vit l’Algérie depuis 1962.

    Le Mouvement Barakat ! propose l’établissement d’une période de transition gérée par les forces vives et saines de la Nation, dans l’objectif d’instaurer une IIe République et en finir avec les 52 ans de marginalisation du peuple algérien.
    Le mouvement Barakat ! appelle à instaurer un véritable Etat de droit moderne doté d’une constitution fondée sur les valeurs positives de la société et les principes universels de liberté, dans un cadre démocratique, une constitution qui consacre la citoyenneté et l’algérianité dans toute sa diversité culturelle, linguistique et civilisationnelle, une constitution qui garantit et défend toutes les libertés individuelles et collectives, l’égalité entre citoyennes et citoyens sur un pied d’égalité, un Etat civil de droit basé sur la justice sociale, la tolérance et le vivre ensemble, une constitution qui assure la séparation absolue des pouvoirs législatif, exécutif et juridique,

    Le Mouvement Barakat se définit comme un cadre rassembleur qui tend à faire converger toutes les luttes exprimant les revendications légitimes du peuple algérien au changement pacifique du système actuel.

    Pour une Etat démocratique et souverain !
    Pour une Algérie moderne et citoyenne !
    Vive L’Algérie libre et démocratique !

    Mouvement Barakat !
    Alger, le 9 mars 2014

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Une chance historique pour rompre avec le système actuel

    Posté par jiljadidbejaia le 9 mars 2014

    Barakat_02  

    Je reprends ci-dessous un article écrit par une écrivaine algérienne, soucieuse de l’avenir de notre Algérie, une Algérie qu’elle porte au fond de son coeur comme beaucoup d’autres jeunes Algériens, dont l’esprit du texte s’inscrit totalement totalement dans la ligne politique de notre parti Jil Jadid.
    Jil Jadid ouvre ses espaces à toutes les propositions écrites émanant de tout Algérien qui partage le désir d’asseoir une tradition démocratique et de contribuer à la construction d’un Etat de droit.

    Une chance historique pour rompre avec le système actuel

    par Zehira Oufani Berfas. Ecrivaine

    Décidément, notre actualité, quels que soient les détours qu’elle emprunte, finit toujours par nous ramener devant nos contradictions. On soutient qu’on veut un changement radical du système politique (d’essence militaire) et dans le même temps on veut continuer de se ressourcer en son sein pour la gouvernance de la future Algérie.

    Que représentent pour l’avenir de l’Algérie Liamine Zeroual, Ali Benflis, et Mouloud Hamrouche pour ne parler que de ces personnalités, dont la candidature à l’élection présidentielle a été sollicitée par différents groupes de la société, voire du sérail ? Si le premier a préféré renvoyer chez eux ceux qui le sollicitaient pour la simple et bonne raison que lui aussi, tout comme Bouteflika avec son fameux «tab djnani», estime que l’Algérie a besoin de sang neuf des nouvelles générations avec d’autres pratiques politiques, les autres se prêtent au jeu et se lancent dans la course, pensant sans doute faire partie de la solution à ce pays en perpétuelle crise.

    Outre ce paradoxe algérien qui consiste à s’en remettre encore et toujours aux anciens d’un système qui a conduit l’Algérie dans l’impasse actuelle, cela dit sans remettre en cause la valeur politique et historique de ces personnalités, on est tout simplement en train de nourrir la légitimité du même système et, ce faisant, diminuer d’autant la légitimité populaire des dirigeants en devenir. Envers qui seront-ils redevables par la suite ? La réponse se devine aisément, tellement est évidente leur vulnérabilité vis-à-vis des tenants du système (que d’aucuns appellent le pouvoir réel). Quelles que soient leurs promesses et leurs ambitions politiques, ils se retrouveront invariablement dans la même logique que leurs prédécesseurs.
    Quant au pari d’une Algérie libre et démocratique, il sera sérieusement compromis puisque lié à la disparition du système. Si les choses évoluent dans la perspective du régime, il faudra reconnaître que la société a abdiqué son rôle de catalyseur du rêve démocratique au profit de ce même conservatisme, qui, lui, dicte le choix de candidats, plus ou moins apparentés au système en place. Un système qui, pourtant, symbolise à lui seul tout le malaise algérien des 50 dernières années. N’est-ce pas que cette façon de faire, voire de penser, d’une partie des Algériens, témoigne de notre tendance maladive, non seulement à nous sousestimer face au régime, mais également à nous méfier les uns les autres quand vient le moment de nous souder contre lui ? Serions-nous atteints du syndrome de Stockholm au point de refuser le changement qui nous libérerait des gouvernants actuels ? Pourtant, nos cœurs, comme les rues de nos villes, sont en perpétuelle révolte face à leurs abus.

    Aujourd’hui, en 2014, l’Algérie ne doit plus servir d’otage aux clans qui la régentent selon leurs intérêts égoïstes. Les différents partis, les groupes sociaux, les associations, bref, toutes les composantes de la société animées par les valeurs démocratiques, sont sommées de sortir de leur cloisonnement suicidaire pour mobiliser et motiver les populations, essentiellement la jeunesse, héritière légitime de ce pays. Cette élection est un autre rendez-vous que nous donne l’histoire pour sortir l’Algérie de ce labyrinthe de complots, de guerres de clans et de nombreux autres fléaux qui font la marque de fabrique du système actuel, incapable de solutions aux problèmes du pays. Il a fait de nos querelles intestines et nos divisions son ticket gagnant et malgré ses déboires passés et actuels, il continue d’user d’arrogance et de mépris pour barrer la route au peuple qui aspire au statut d’une citoyenneté faite de liberté, de justice et de dignité. Ferons-nous preuve de diligence et de maturité pour construire enfin un compromis historique en faveur de ce changement politique vital pour notre peuple, ou céderons-nous une fois encore à nos vieux démons, en laissant entre les mains du pouvoir l’avenir de l’Algérie, au risque de le faire avorter ? Ce qui est sûr, c’est que la réponse dépendra en grande partie de la société algérienne.

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    On se dit respectueux des droits de l’homme. Où va l’Algérie ?

    Posté par jiljadidbejaia le 7 mars 2014

    Répression  Répression_Bis  Répression_2  Répression_3  Répression_4  Répression_7  Répression_5 Répression_6         Répression_10  Répression_8

     

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    8 mars. Le combat de la femme continue !

    Posté par jiljadidbejaia le 7 mars 2014

    pink and red roses photo

    Le monde entier s’apprête à célébrer demain la journée de la femme que certains dirigeants, comme les nôtres, folklorisent en organisant des fêtes ridicules et en distribuant des bises et des accolades accompagnées de bouquets de fleurs hypocrites alors que pendant ce temps, d’autres femmes, plus éclairées et conscientes des enjeux de leur avenir et de celui des jeunes générations, sont en train de manifester dans les rues d’Alger et d’ailleurs pour dénoncer la dérive du pouvoir en place qui met en péril le pays tout entier et compromet l’avenir de toutes les générations montantes.

    Quelques repères chronologiques du 8 Mars.

    1909 – Conformément à une déclaration du Parti Socialiste américain, la première Journée nationale de la femme a été célébrée sur l’ensemble du territoire des États-Unis, le 28 février. Les femmes ont continué à célébrer cette journée le dernier dimanche de février jusqu’en 1913.

    1910 – L’Internationale socialiste réunie à Copenhague a instauré une Journée de la femme, de caractère international, pour rendre hommage au mouvement en faveur des droits des femmes et pour aider à obtenir le suffrage universel des femmes. La proposition a été approuvée à l’unanimité par la conférence qui comprenait plus de 100 femmes venant de 17 pays, dont les trois premières femmes élues au Parlement finlandais. Aucune date précise n’a été fixée pour cette célébration.

    1911 - À la suite de la décision prise à Copenhague l’année précédente, la Journée internationale de la femme a été célébrée pour la première fois, le 19 mars, en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes ont assisté à des rassemblements. Outre le droit de voter et d’exercer une fonction publique, elles exigeaient le droit au travail, à la formation professionnelle, et la cessation de la discrimination sur le lieu de travail.

    Moins d’une semaine après, le 25 mars, le tragique incendie de l’atelier Triangle à New York a coûté la vie à plus de 140 ouvrières, pour la plupart des immigrantes italiennes et juives. Cet événement a eu une forte influence sur la législation du travail aux États-Unis, et l’on a évoqué les conditions de travail qui avaient amené cette catastrophe au cours des célébrations subséquentes de la Journée internationale de la femme.

    1913-1914 - Dans le cadre du mouvement pacifiste qui fermentait à la veille de la Première Guerre mondiale, les femmes russes ont célébré leur première Journée internationale de la femme le dernier dimanche de février 1913. Dans les autres pays d’Europe, le 8 mars ou à un ou deux jours de cette date, les femmes ont tenu des rassemblements soit pour protester contre la guerre, soit pour exprimer leur solidarité avec leurs soeurs.

    1917 - Deux millions de soldats russes ayant été tués pendant la guerre, les femmes russes ont de nouveau choisi le dernier dimanche de février pour faire la grève pour obtenir  » du pain et la paix « . Les dirigeants politiques se sont élevés contre la date choisie pour cette grève, mais les femmes ont passé outre. Le reste se trouve dans les livres d’histoire : quatre jours plus tard, le tsar a été obligé d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes. Ce dimanche historique tombait le 23 février dans le calendrier julien qui était alors en usage en Russie, mais le 8 mars dans le calendrier géorgien utilisé ailleurs.

    Depuis ces années, la Journée internationale de la femme a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique. De plus en plus, la Journée internationale de la femme est le moment idéal pour réfléchir sur les progrès réalisés, demander des changements et célébrer les actes de courage et de détermination de femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire des droits des femmes.

    Le rôle des Nations Unies

    Rares sont les causes dont l’ONU assure la promotion qui aient suscité un appui plus intense et plus vaste que la campagne menée pour promouvoir et protéger l’égalité des droits des femmes. La Charte des Nations Unies, signée à San Francisco en 1945, était le premier instrument international à proclamer l’égalité des sexes en tant que droit fondamental de la personne humaine. Depuis, l’Organisation a aidé à créer un patrimoine historique de stratégies, normes, programmes et objectifs convenus au plan international pour améliorer la condition de la femme dans le monde entier.

    Au fil des ans, l’action menée par l’ONU en faveur de la promotion de la femme a pris quatre orientations précises :

    * promotion de mesures juridiques;
    * mobilisation de l’opinion publique et de l’action internationale;
    * formation et recherche, y compris compilation de statistiques ventilées par sexe;
    *assistance directe aux groupes désavantagés.

    Aujourd’hui, l’un des principes d’organisation centraux des travaux de l’ONU est qu’aucune solution durable aux problèmes sociaux, économiques et politiques les plus pressants de la société ne peut être trouvée sans la pleine participation, et la pleine autonomisation, des femmes du monde entier.
    (Source: http://www.journee-mondiale.com/192/journee-mondiale-de-la-femme.htm)

    Jil Jadid Bejaia se joint au combat que mène la femme algérienne pour arracher ses droits légitimes et légaux qui lui permettront de militer et de combattre la marginalisation dont elle est victime.

    Jil Jadid Bejaia appelle l’ensemble des Algériens à s’associer au combat de la femme pour qu’ensemble, la main dans la main, nous puissions relever les défis de demain qui commencent aujourd’hui.

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Jil Jadid Bejaia dénonce.

    Posté par jiljadidbejaia le 4 mars 2014

    Sofiane Comme tout le monde le sait maintenant, Jil Jadid, après la décision mûrement réfléchie de son Conseil National, a décidé de se retirer de cette mascarade et ne servira jamais d’alibi à une élection fermée qui n’a d’élection que le nom dont certains aventuriers tentent de s’organiser pour faire basculer le pays et toute sa jeunesse vers l’inconnu.

    Jil Jadid, conscient de la grave crise politique que vit notre pays, avait saisi l’occasion de ces élections présidentielles pour contribuer, avec quelques rares candidats sincères et intègres, à semer l’espoir dans le coeur des citoyens et sauver notre pays du grave danger qui le menace et qui risque de mettre en péril toute notre société et plus particulièrement notre jeunesse.

    Jil Jadid, en s’impliquant dans cette élection, a voulu faire de cette échéance électorale un acte pédagogique qui convaincra les jeunes Algériens que le combat politique était un des moyens nécessaires pour soustraire le pays des griffes des prédateurs qui l’ont pris en otage depuis 1962 et également pour participer au changement souhaité telle que l’instauration d’un Etat démocratique et d’un Etat de droit.

    Jil Jadid a pris à témoins l’opinion publique en dénonçant publiquement les membres du gouvernement sur les violations de la règlementation et des lois interdisant l’usage des biens de l’Etat à des fins privées ou partisanes. Or, le premier ministre a usé et abusé des biens de l’Etat pour sillonner le pays dans les quatre directions cardinales sous le prétexte fallacieux que ces visites marathons étaient programmées depuis longtemps et répondaient à des besoins techniques de développement.
    Tout le monde a relevé la légèreté avec laquelle le premier ministre déversait des budgets colossaux à certaines wilayates pour soi-disant relancer des projets inscrits accusant des retards par manque de financement, les promesses formulées par-ci par-là pour gagner la sympathie des citoyens et des jeunes, instrumentalisation du marché de l’emploi en lançant l’offre de 140 000 postes d’emploi dans la fonction publique, etc… Mais à chaque fois, il (comprendre le premier ministre) répliquait que ces visites n’étaient pas du tout dictées par la campagne électorale. Or, il s’avère qu’il assure la présidence de la commission de préparation des élections présidentielles du 17 avril, et de surcroit c’est à lui qu’est confiée la mission d’annoncer officiellement la candidature du président sortant pour un 4ème mandat tout en assurant le futur candidat de son soutien inconditionnel.

    Jil Jadid Bejaia dénonce les abus des pouvoirs publics dans l’usage des moyens de l’Etat, de l’embrigadement de l’administration en général, des services de sécurité, de la justice et des mosquées à des fins électorales et au profit exclusif du candidat sortant dont la majeure partie du peuple rejette énergiquement.

    Jil Jadid Bejaia dénonce les atteintes aux libertés individuelles et collectives du pouvoir central en interdisant des marches populaires pacifiques

    Jil Jadid Bejaia dénonce les agressions physiques et morales dont ont été victimes des citoyens qui manifestaient pacifiquement leur rejet du 4ème mandat

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Disons NON au 4ème mandat !

    Posté par jiljadidbejaia le 3 mars 2014

    NON

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Jil Jadid se retire de la course à la présidence.

    Posté par jiljadidbejaia le 2 mars 2014

    Ce vendredi 28 février 2014 s’est tenu un Conseil National Extraordinaire de notre parti Jil Jadid. Le président du parti a informé l’ensemble des membres du Conseil de toutes les démarches et actions entreprises par le parti depuis notre dernière session ordinaire en mettant l’accent sur les évènements de ces dernières semaines provoqués par l’annonce de la date officielle des élections présidentielles du 17 avril prochain et de l’entrée en compétition de notre candidat, Soufiane Djilali.

    Après analyses et débats, la quasi totalité des membres du Conseil ont adopté le principe de notre retrait de ces élections fermées et de tous les dangers pour éviter d’accorder le moindre crédit à cet évènement qui n’en est pas un. Non seulement cette élection ne règlera rien de cette grave crise politique que vit notre pays, mais elle risque même d’être l’élément déclencheur d’évènements graves dont nul ne peut évaluer ni l’ampleur ni les dégâts.

    La rencontre qui s’est terminée tard a été sanctionnée par la décision d’organiser une conférence de presse où il sera présenté aux journalistes la presque totalité des imprimés de soutien dont le nombre a largement dépassé le nombre exigé par l’administration qui est de 60 000.

    Conseil National_02    Conseil National    Conseil National_01     Conseil National_03

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    Décès du père du militant Abdelaziz Djeffal

    Posté par jiljadidbejaia le 1 mars 2014

    Condoléances_Djeffal

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    A qui profite le pourrissement de notre wilaya ?

    Posté par jiljadidbejaia le 27 février 2014

    Emeute_14

    A l’origine, les jeunes collégiens et lycéens des classes d’examen se sont rapproché de la Direction de l’Education pour être rassurés sur les changements et les décisions prises par le ministre de l’éducation. Selon certaines déclarations de jeunes manifestants, le Directeur de l’éducation aurait refusé de les recevoir ce qui a excité les jeunes qui commençaient à crier. Quelques instants après, le groupe de jeunes, amassé devant le portail de la direction de l’éducation, s’est vu pris en tenailles par les policiers anti-émeutes. Des bousculades provoquées par l’arrivée des policiers et les bastonnades ont causé des blessures aux jeunes manifestants et une jeune fille aurait été arrêtée par les policiers et jetée à terre sans ménagement. Cette scène aurait été à l’origine de la colère des jeunes.

    Emeute_17

    Emeute_09

      Emeute_01  Emeute_07  Emeute_21      

    Emeute_05

    Les émeutes ont repris de plus belle aujourd’hui, et j’ai pu m’approcher des émeutiers pour engager une discussion sur le dérapage qu’ils sont en train de provoquer alors que leurs revendications ont été satisfaites par le ministre. J’ai pu remarquer que beaucoup d’entre eux dépassaient de très loin l’âge de lycéens. Ils m’ont tous répondu que les revendications concernant le Bac ne les intéressaient et qu’ils en avaient marre de ce pays, de ce régime et de la vie qu’ils leur font mener.

    Publié dans Analyses | Commentaires fermés

    Les blocages d’un vice-président de l’Apc de Tala-Hamza (W. de Bgayet)

    Posté par jiljadidbejaia le 12 février 2014

    apctalahamza

    La bureaucratie a fait des adeptes même parmi ceux qui ont promis aux citoyens, lors des campagnes électorales, de lutter contre les lourdeurs administratives et de combattre énergiquement ce monstre que représente l’administration. Mais comme toutes les autres promesses alignées durant la campagne, celle-ci s’est dissoute dans la mare des oubliettes.

    Hier, en voulant légaliser les imprimés de soutien au candidat de Jil Jadid, Soufiane Djilali, auprès de l’Apc de Tala-Hamza, je me suis rapproché du vice-président chargé de cette mission et qui se trouve être avocat de formation selon ses déclarations. Malgré les pièces d’identité et les cartes de vote de chaque signataire, ce vice-président a exigé la présence de chaque signataire même si celui-ci se trouve être un vieux ou une vieille. j’ai beau lui expliquer que nous sommes en milieu rural et que cette exigence relevait beaucoup plus de blocage que de légalité du moment que cet imprimé n’a aucune valeur pour quelqu’un d’autre puisqu’il porte le nom du candidat aux élections et il ne peut servir à rien d’autre. Refus catégorique !

    Lorsque je lui ai dit que c’est la seule commune qui exige cela, il me répond que les autres communes qui n’appliquent pas cette recommandation écrite du wali ne savent pas travailler et que ces fonctionnaires « triturent ».

    Voilà comment fonctionnent nos élus une fois en poste !

    Publié dans Non classé | Commentaires fermés

    1...56789...16
     

    Debout La République 21 |
    Justforenglish |
    La Voix des Justes |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journallemilitant
    | Piouzelzok2013
    | Goranafarroa